Rivarts

Une planête de contes et de musiques du Monde

 

AHMED EL SHARIF
Biographie | Les expositions | La presse a dit
Nubian people
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Biographie

Ahmed Elsharif Aboud vit et travaille au Soudan, où il est né en 1966. Formé aux Beaux-Arts de Khartoum, Imprégné des histoires et traditions nubiennes, jeune, il se plonge dans l'étude du soufisme, mouvement spirituel très diffusé dans le Nord du Soudan.

Ses œuvres aux tons éclatants entraînent dans un univers où les personnages apparaissent comme des silhouettes symboliques qui expriment mouvements ou sentiments, et parmi les formes langoureuses qu'il nous propose, il est parfois difficile de ce concentrer sur le détail, souvent enfoui dans des ombres qui jouent avec la lumière.

Pourtant ces détails nous ouvrent aux portes de la connaissance à laquelle Ahmed Elsharif Aboud aspire. Portes, fenêtres aux multiples aspects que l'on retrouve dans nombreuses œuvres, ouvertes ou fermées, elle sont l'accès à un espace cosmique qui nous est interdit. Et c'est aux mystères cachés derrière ces portes qu'Ahmed Elsharif Aboud voudrait nous convier sur la trace de la mémoire des peuples nubiens, par des peintures sculptées de signes et écritures inspirées sur de tombes et pyramides ancestrales.

Comme pour beaucoup d'artistes soudanais, les créations sont nombreuses et se succèdent à des rythmes étonnants avec des évolutions très perceptibles. Il est intéressant de suivre Ahmed Elsharif Aboud dans son parcours qui, au fil de ses expositions et séjours dans divers pays d'Afrique, d'Amérique et d'Europe, s'enrichissent de croisements de regards avec les autres cultures.


Principales expositions
  • 1990 – Diplôme des Beaux-Arts de Khartoum Soudan
  • Un nuevo Sudan, Madrid (1989)
  • Sudan cultural Week Festival Maroc (1991)
  • British Council Khartoum (1991/1992)
  • Centre culturel russe Khartoum (1992)
  • Centre culturel français Khartoum(1993/1996/2003/2005)
  • Mennonite Central Committee Usa 1995
  • Galerie One off Nairobi Kenya (1997/1999)
  • Musée National de Nairobi (1997)
  • Biennale internationale de Charja (1997)
  • Camp Masai Arusha Tanzanie (1997/1998),
  • Galerie Ishtar Syrie (1998),
  • Galerie Tulifanya Art Kambala Ouganda (1998)
  • Université d'Alberta Canada (1999)
  • Musée Adzak Paris (1999)
  • 1er prix Salon des Arts de Romainville (1999)
  • Ministère des Finances, Bercy, Paris (2000)
  • Espace Rives Inédites, Paris (2001)
  • Galerie Min (2003/2004),
  • Galerie Riv'Arts, Paris (2004/2005)
La Presse a dit

Through symbolism, he has made his contributions on what he has observed around him. He has also dug deeper into the Sudanese's rich past and has now incorporated the artistic symbolism within the ancient civilisation of the Nubian Kingdom of Kush to comment on what is happening there.... It is a picture inspired by trips and interaction with people from this vast land. His different colours and point brush strokes, have shown the symmetrical co-existence of the over 400 tribes who celebrate life in their own elegant way through music, manner of dress and culinary art.
Ahmed has captures this vibrancy in the artistic expression of his people and their diversity in the outlook of life to tell another side of the Sudanese story that few people thought ever existed
Art (Sudan)

« When most people think of Sudan, if they think of it at all ” said Ray Dirks , curator of the Mennonite Heritage Centre gallery and of the Art Out of Sudan Exhibit. “It's important to be informed about the people, the culture and the religion. Without it, you have ignorance, which leads to mistrust. ... There is a search for reconciliation and the artists can contribute to that”.
“This is one way we can extend our culture”, said el Sharif... who has been recognized internationally, including winning first prize in the Salon des Arts Plastiques in Paris. Although his home country is filled with the turmoil of war, it is not reflected in his vibrant artwork. “There has been so much suffering in the North and South. ... I don't want to represent the ugly forces in our culture.”
The Metro (Canada)